Friday, March 30, 2007

George W Bush ne manque pas d'humour ...



-GEORGE W BUSH DOESN'T LACK HUMOR-

Et c'est le moins qu'on puisse dire.

Comme chaque année a eu lieu à Washington la Soirée de gala Annuelle de l'Association des Correspondants de Presse de la Radio et de la Télévision. Et le President des Etats-Unis ainsi qu'un grand nombre de personnalités du monde politique, de tout bord, des humoristes, des journalistes et leurs invités y assistaient.
On voit là GWB arriver en tant qu'invité à ce dîner, qui se tenait dans un Hotel de Washington.
And it is the least which one can say.

Just like every year, the official reception evening of the Association of the Press, Radio and Television Correspondents was held in Washington. And the President of the United States as well as a great number of personalities of both aisles of the political world, as well as humorists, journalists and their guests were invited to attend it.
Here you can see GWB arriving as a guest to this dinner, which was hosted in a Washington hotel.

Nous sommes habitués ici aux US, à voir à la télévision, le Président Bush plaisanter avec les journalistes, de façon souvent très drôle. C'est sûr que ce n'est pas en France qu'on vous montrera ces passages : censure oblige ! Si en plus, ce sacré Américain devenait sympathique et séduisant, alors que les politiciens français à droite comme à gauche, comptent bien sur la haine de l'Amérique pour réunir et cimenter la grande masse française si disparate. Vous n'imaginez pas !
En tout cas ici, on profite de ce côté tellement agréable et décontracté et charmeur de l'humour américain et qu'on sent tellement présent chez notre W.Bush.
We are accustomed here in the US, to see President Bush joke with journalists, on television, often in a very funny way. Of course, you'll never be able to see those moments on television in France: it's censored ! Moreover, just imagine this one-of-a-kind American becoming sympathetic and attractive to the French public, in a country where the politicians from right-to left-wing rely on the hatred of America to cement the ever more disparate French people. No way !
In any case, here, one can enjoy this O so pleasant, relaxed and charming side of American humor, so present in the personality of our W.Bush.


Moment de gravité pour l'hymne américain, la main sur le coeur.
Grave moment for the American anthem, hand on the heart.






Mais lors de cette soirée, où se sont succédés plusieurs intervenants, le Président a fait un discours, l'air très sérieux, mais en multipliant les bons mots, la satire, et en se moquant de lui-même et de son équipe.

" ... Il y a un an, ma cote de popularité était de 30 et quelques pour cent, ma candidate pour la Cour suprême venait juste de se retirer et mon vice-président avait tiré sur quelqu'un, ... " a-t-il rappelé , évoquant notamment un accident de chasse qui avait impliqué Dick Cheney.

"... Ah! c'était le bon vieux temps ", a-t-il ironisé, sous les bravos et les applaudissements.
Notant l'absence de son vice-président, M. Bush a poursuivi son exercice de dérision: "... Il a eu quelques semaines difficiles ... Il a déclaré qu'il partait en vacances en
Afghanistan, où il est apprécié...".
Certes il faut rappeler qu'au cours de cette visite de Dick Cheney en Afghanistan, une bombe avait explosé devant la base militaire américaine où il se trouvait, sans le mettre le moins du monde en danger. Mais dans la salle, les participants était morts de rire.

During this evening, where several speakers followed one another, the President made a speech, with a very serious air, in which he multiplied witty remarks, satire, while making fun of himself and his team.

"... One year ago, my popularity rate was 30 percent something, my candidate for the supreme Court had just been withdrawn and my Vice-President had shot somebody... ", he recalled, evoking the hunting accident which involved Dick Cheney.

"... Ah! Those were the good old days ", he added ironically, through the cheers and applause. Noting the absence of his vice-president, Mr. Bush continued his exercise of derision: "... He had a few difficult weeks... He told me he'd take a holiday in Afghanistan, where he is much appreciated... ". It might be noted that during Mr. Cheney's visit to in Afghanistan, a bomb had exploded in front of the American military base where he was, without endangering him at all. But in the room, the participants were dying of laughter.



Faisant allusion à son avenir après son départ de la Maison Blanche, M. Bush a imaginé qu'il pourrait suivre l'exemple du précédent Président Bill Clinton et écrire ses "mémoires".
"Je pense à quelque chose de vraiment amusant et original pour les miennes, ... peut-être un livre avec des images qui se déplient..."

Referring to his future after his departure of the White House, Mr. Bush imagined that he could imitate the preceding President, Bill Clinton, and write his "memories". "I think of something really amusing and original for mine... perhaps a book with images which can unfold..."

Mais là où il a fait un triomphe c'est quand, abordant le sujet "Barack Obama", un des prétendants à l'investiture Démocrate pour la présidentielle de 2008, ( Barack Obama s'est en effet décrété le premier noir à prétendre à la Présidence, ce qui est quelque peu inexact, car il a dû légèrement oublier Jesse Jackson en 1984 et 1988, mais bon ... ), George Bush a remarqué que le sénateur n' était pas là, faisant mine de le chercher dans la salle remplie de journalistes de l'audiovisuel. " Pas assez de journalistes ! ", a-t-il lancé en guise d'explication, faisant allusion au goût immodéré de Obama à se mettre en avant et à rechercher la presse et les photographes ... La salle morte de rire n'a pas été avare d'acclamations, d'applaudissements et de bravos.

But where he triumphed was when, tackling the " Barack Obama" subject, one of the candidates to the Democrat representative for the presidential elections of 2008 ( Barack Obama indeed claimed to be the first black American to run for President, which is somewhat inaccurate unless you forget about Jesse Jackson in 1984 and 1988 ...), George Bush noticed that the senator was not present, pretending to seek him in a room filled with media journalists. " Not enough journalists ! ", he remarked as if searching for an explanation, referring to Obama's immoderate taste for getting noticed and seeking for the press and the photographers. The guests were dying of laughter, not shy of acclamation, applause and cheers.


Des humoristes de la télévision américaine ont également égayé la soirée en persuadant notamment un des proches collaborateurs de M. Bush, Karl Rove, de participer à un rap endiablé et improvisé. Ce qu'il a fait sans trop se faire prier ...

Humorists of American television also brightened the evening by persuading one of the President's close collaborator, Mr. Karl Rove, to take part in an improvised and frenetic rap. Which he did without needing too much persuasion ...




Karl Rove dans ses oeuvres ... Karl Rove at work......



... Et W. avec Nancy Pelosi, lui parlant à l'oreille. Comme il a l'air ravi Bushie !

... And W. with Nancy Pelosi, whispering to his ear. O how delighted Bushie seems !



Donc grand mélange de politique et d'humour. Et moments drôles, qui font oublier un temps que les troupes américaines, gloire à elles, sont en train de se battre, une fois encore, pour que vive l'Occident. Et de payer un lourd tribut à cette lourde tâche.

Qu'elles en soient remerciées ici, du fond du coeur !
Thus a large mix of politics and humour. And funny moments, which make us forget for a while that there are American troops, God bless them and Hail to them, fighting once again for the survival of Western civilization. And they pay a heavy price because of this heavy task.

Let us thank them here, from the deepest of our heart!


**************************

No comments: